Collégiale. De la résurrection du Seigneur et de St.. Thomas l'Apôtre partie 2

Dans la deuxième chapelle, sud., Infułacka, derrière le vestibule, une peinture d'autel à l'effigie de St.. Nicolas l'Évêque et le couple royal agenouillé. Dans le coin inférieur gauche, la figure du fondateur du tableau, le P.. Mikołaj Kiślicki, Doyen de Zamość. L'image est tirée de 1613 et est l'œuvre d'un artiste de la communauté de Lviv. La troisième chapelle, Reliques (p.w. st. Thecla ou Marie-Madeleine), est séparé par un treillis architectural en bois aux formes éclectiques, baroque-gothique, avec 2 demi. XIX s. Dans un autel baroque du milieu du XVIIe siècle. un nombre considérable de reliquaires en forme de cercueil a été collecté. Le reliquaire baroque en argent de St.. Jana Kantego, patron de l'Académie Zamość, avec des statues d'anges soutenant les sceptres universitaires, le travail des orfèvres de Cracovie avec 1702. Au-dessus, un reliquaire sculpté avec une figure du saint, probablement l'œuvre de l'école de sculpture de Lviv avec 3 quartiers du 18e siècle. Le devant de l'autel, peint sur planche de bois, représentant Maria Magdalena dans un ermitage, il est baroque du milieu du 17e siècle. En face de l'autel, il y a une grande épitaphe en marbre brun clair de Tomasz Oleśnicki, vieil homme de Bełz (ré. 1622), décoré de deux blasons et ornements, signé avec le monogramme de l'artiste AF.

La quatrième chapelle, avec une arcade d'entrée maçonnée, reconstruit au 18ème siècle, abrite la précieuse bibliothèque du chapitre Zamość, contenant env. 2 mille. volumes, principalement des tirages anciens avec de belles reliures.

Un modeste est situé sur le troisième pilier du côté de la nef, en marbre brun foncé, plaque épitaphe de Szymon Birkowski (ré. 1626), un excellent philologue, professeur de médecine et recteur de longue date de l'Académie, frère du célèbre prédicateur et écrivain Fabian Birkowski.

Chœur de musique en pierre de 1601 c'est une œuvre sculpturale à grande échelle. Sa structure ressemble à une loggia à arcades à trois travées sur des colonnes corinthiennes, recouvert de bas-reliefs. Concepteur de cette œuvre, B. Vie, Ici, il a utilisé des solutions de construction originales et uniques en Pologne, qui sont un exemple de virtuosité maniériste.. Les arcades extérieures du chœur ne reposent pas sur des colonnes ou des piliers, mais ils sont basés sur les touches des arcades transversales basses. Le caractère unique de cette vue a été souligné par les escaliers en forme d'éventail en pierre à double face à l'origine, malheureusement remplacé par un 1825 marches en fonte en spirale. Bas-reliefs de choeur, fait avec un ciseau pas très compétent, ils émerveillent par leur ingéniosité et la richesse de leurs motifs floraux et figuratifs, ayant une signification décorative et symbolique (oiseaux sur vignes et avec des anneaux dans leur bec). Les têtes sur les touches des arcades forment un ensemble mystérieux basé sur une histoire biblique (tête couronnée sur l'arcade centrale, c'est le roi David ou Salomon). Ensemble avec les têtes sur les arcades inter-nef, ils constituent la belle-mère dans son ensemble. Les orgues de la fondation Maurycy Zamoyski proviennent 1895.

Il y a des feretrons dans la cour (images processionnelles recto-verso). Il y a un feretor rococo avec 2 demi. XVIII w. avec une représentation de St.. Dominika à genoux devant la Vierge à l'Enfant, dans un riche cadre de sculpture sur bois.

Dans la nef, au mur ouest. à côté du choeur - un magnifique fonts baptismal baroque en bronze en forme de coquille, avec un vase soutenu par des anges. Sophistiqué sur le pied, scènes bibliques en bas-relief avec des phrases faisant référence au sacrement du baptême. C'est une œuvre exquise de l'art italien ou français de la fonderie, le seul du genre en Pologne de l'époque baroque, vient de 2 quartiers du 17e siècle. À côté, il y a un autel baptismal rococo d'env.. 1780, à propos de la forme originale, avec une scène de baptême en bas-relief, un ciseau faible par un sculpteur sur bois local.

Dans le premier de l'ouest. à la nef. de la chapelle académique, un autel baroque tardif avec 2 les figures des docteurs de l'Église et l'image de St.. Jana Kantego, patron de l'Académie. Au-dessus du tableau se trouve un cartouche avec les armoiries de l'Académie. Sur le mur nommé, dans le coin de la chapelle il y a une épitaphe avec un buste de Dominik Convalis, franciscain, Italien de Naples, professeur de théologie à l'Académie et censeur des livres de l'imprimerie académique (ré. 1605). Epitafium à, sur les caractéristiques du maniérisme de Cracovie-Pińczów, il a été forgé à Zamość par un sculpteur pas très talentueux, probablement Błażej Gocman.

Dans la deuxième chapelle de la nef,, Zwiastowania NMP, il y a une excellente peinture d'autel sur ce sujet, avec 1650, apporté d'Italie par Jan Zamoyski Sobiepan. Cette copie baroque gratuite de la célèbre image du 14ème siècle. de l'église de Santissima Annunziata à Florence est probablement l'œuvre du peintre florentin Carlo Dolci. Données 1650 (Années. MDCL) visible à l'arrière du banc. Un texte inversé coule de la bouche de Maria: "Voici la servante du Seigneur" ("Voici la servante du Seigneur").

Une peinture de l'Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie du XVIIe siècle réalisée d'après le même prototype florentin. est situé dans la cathédrale de Poznań. À son tour, l'image de Zamość a été copiée dans 1839 par Feliks Pączarski et est situé dans l'église paroissiale de Tarnogóra près de. Krasnegostawu.

Il y a une double épitaphe sur le mur opposé de la chapelle: Maryna née Obrowska Leśniewska, Starościna Racibórz (ré. 1612) et son fils de son premier mariage, Andrzej Boremelski (ré. 1610). Ce travail, caractérisé par une richesse de formes décoratives maniéristes de type hollandais et une polychromie vive, vient du même atelier à Gdańsk (probablement van den Blocks), ce que l'épitaphe de Piaskowski.

Sur le troisième pilier inter-nef du côté de l'allée, il y a une épitaphe du début du baroque de Paweł Paczyński, le secrétaire royal (ré. 1626); du côté de la nef - l'épitaphe de Marcin Jesiotrowski (ré. 1626).

1 of 2